Qu’est-ce que le bouddhisme tibétain ?

Dans cet article nous allons vous donner des conseils sur la façon de méditer selon les préceptes du bouddhisme tibétain.

Selon le maître Lama Michel Rinpoché, la méditation tibétaine est un outil utile pour entrer en relation avec nous-mêmes.

La méditation nous aide à voir le moment présent, à le vivre, à créer l’espace pour élaborer nos émotions et à créer l’espace pour pouvoir trouver des solutions », relate le lama.

La pratique de la méditation dans le bouddhisme tibétain et dans d’autres branches peut être bénéfique pour le corps, car parmi les avantages figurent la cohérence cardiaque et l’amélioration des problèmes de pression.

Lama Michel affirme également que pour avoir une méditation fluide, il faut faire attention à la posture. L’idéal est de le faire le matin, le soir et une fois l’après-midi également, à l’heure du déjeuner ou dans le métro, par exemple, renforce Michel.

Qu’est-ce que le bouddhisme tibétain ?

La méditation est la principale composante du bouddhisme tibétain. Il vise à travailler sur le développement spirituel vers l’expansion de la conscience. Ceci dans le but de cultiver des états de paix et de bonheur intérieurs et d’essayer d’éradiquer les pensées qui apportent perturbations et souffrances.

Types de méditation bouddhiste tibétaine

Selon les directives du bouddhisme theravada, il existe deux catégories fondamentales de méditation : Dhyana et Vipassana.

La première étape du theravada implique un processus de purification morale et intellectuelle.

L’idée est de parvenir à s’éloigner des désirs sensuels et des états métalliques impurs par la réflexion pour entrer dans une condition de satisfaction et de joie.

Ensuite, l’activité intellectuelle fait place à un état plein de sérénité et d’acuité.

Au troisième stade, les émotions disparaissent et le pratiquant devient indifférent à tout.

Enfin, les conditions de contentement, d’inclination au bien ou au mal, de douleur et de sérénité sont abandonnées. Le méditant entre dans un état de contentement suprême, d’indifférence et de conscience.

La deuxième forme, la méditation Vipassana (vision intérieure), exige une concentration intense qui peut conduire le méditant à un état de conscience accrue. En plus de la réalisation de la vérité salvatrice que la réalité est impermanente et pleine de souffrance et d’incomplétude.

Enseignements du bouddhisme tibétain

Le Bouddha a enseigné que l’esprit est à la base de tout ce que nous expérimentons et percevons, comme le bonheur et la tristesse, le plaisir et la douleur.

Selon lui, nos esprits ont une nature fondamentale de bon sens éclairé et de bonté. Cependant, il nous est difficile d’expérimenter cet état de conscience à cause d’émotions pénibles.

Ces émotions sont comme une sorte de brouillard émotionnel, elles nous empêchent de voir notre nature fondamentale éclairée.

Par conséquent, nous passons la plupart de notre temps à rechercher un bonheur temporaire, physique et mental, dans des sources extérieures.

Pratique de la méditation bouddhiste

Pendant la pratique, des techniques impliquant des mantras, la méditation silencieuse et l’observation de soi sont utilisées.

La méditation doit être pratiquée dans un endroit calme où le praticien peut s’asseoir en tailleur, la colonne vertébrale bien droite, les muscles détendus et les yeux fermés.

La concentration et la conscience doivent se concentrer sur la respiration, qui doit être effectuée calmement et profondément.

Plan du site