Pourquoi fêtons-nous l’Immaculée Conception le 8 décembre ?

Le 8 décembre, vous célébrez l’Immaculée Conception. Mais savons-vous pourquoi vous la célébrez ?

Jésus est apparu à une pauvre créature du nom de Luisa Piccarreta ; cette petite fille avait été malade toute sa vie et il l’a choisie pour lui expliquer, et ensuite, à nous à travers ses journaux, tout ce que sa volonté divine avait fait et comment l’homme, en pensant et en agissant avec sa volonté, avait tout gâché et s’était mis dans le pétrin. Cela a obligé la Très Sainte Trinité à envoyer Jésus s’incarner dans une jeune fille qui était, déjà, favorite avant sa naissance, Marie, l’Immaculée Conception que vous célébrez et honorez pour avoir été choisie et pour avoir dit fiat, ou « que ta volonté soit faite » à l’appel du Seigneur ; pour avoir renoncé à sa volonté et à sa vie afin d’accomplir la volonté de Dieu, celle de procréer un Fils de nature humaine et divine qui réconcilierait le monde, réconcilierait les deux volontés séparées.

L’origine de ma Volonté est éternelle

Mais suivons les paroles de Jésus, l’Enfant incarné, né, mort et ressuscité pour nous : dans le journal de Luisa, Livre du Ciel volume 16, le 24.11.1923  » … L’origine de ma Volonté est éternelle ; la douleur n’y est jamais entrée ; entre les Personnes divines, cette Volonté était en suprême harmonie, elle était même une ; dans chaque acte qu’elle émettait au dehors, tant ab intra qu’ad extra, elle nous donnait des joies infinies, un bonheur immense ; et quand vous vouliez sortir de la machine de la Création, combien de gloire, combien d’honneur, combien d’harmonies elle nous donnait !

Au fur et à mesure que le FIAT était libéré, ce FIAT répandait notre beauté, notre lumière, notre puissance, l’ordre, l’harmonie, l’amour, la sainteté divine, et Nous étions glorifiés par nos propres vertus en voyant, à travers notre FIAT, l’épanouissement de Notre Divinité éclipsée, dans tout l’univers. Notre Volonté ne s’est pas arrêtée ; gonflée d’amour comme Elle l’était, Elle a voulu non seulement créer l’homme, mais faire agir la vie en lui, lui donner des surprises, toujours, nouvelles d’amour, de joies, de bonheur, de lumière, de richesse. Mais l’homme a voulu faire sa propre volonté et a rompu avec la Divinité, et ainsi il a apporté la première douleur à ma Volonté, il a aigri Celui qui l’aimait tant et qui l’avait rendu heureux. Jamais il n’avait fait cela ; ma Volonté se retira et pleura plus qu’une tendre mère ne pleure sur son fils infirme et aveugle ; et l’homme plongea dans l’abîme de tous les maux.

Entre-temps, pour renouer ces deux Volontés, il fallait quelqu’un qui contienne en lui une Volonté Divine et alors les trois Personnes Divines, aimant l’homme d’un amour éternel et infini, ont décrété que Moi, le Verbe Eternel, je prenne chair humaine pour venir le sauver et renouer les deux Volontés brisées. Mais en qui descendre ? Qui devait être l’heureuse créature qui allait abriter son Créateur ? Nous avons choisi celui qui, en vertu des mérites prévus du futur Rédempteur, était exempt de la culpabilité de l’origine ; en cela, « sa » volonté et « notre » volonté étaient « une » ».

 » … C’est ma volonté qui a fait que ma Très Sainte Mère s’élève si haut. C’est ma volonté qui lui a donné la fécondité divine et qui a fait d’elle la Mère du Verbe.

… C’est ma volonté qui lui a fait voir et embrasser toutes les créatures ensemble. »

Jésus parle de sa Mère depuis qu’elle est toute petite.  » C’est cette créature céleste qui a compris l’histoire de Notre Volonté ; Nous, petite fille, nous lui avons tout raconté : la douleur de Notre Volonté, et comment l’homme ingrat, en rompant sa volonté avec Notre Volonté, avait restreint Notre Volonté dans le cercle divin, comme pour la coincer dans ses desseins, l’empêchant de communiquer ses biens, et le but pour lequel elle avait été créée. Pour nous, donner, c’est nous rendre heureux et rendre heureux ceux qui reçoivent de nous, c’est enrichir sans (nous) appauvrir, c’est donner ce que nous sommes par nature et le former dans la créature par la grâce, c’est sortir de nous pour donner ce que nous possédons ; en donnant, notre amour s’épanche, notre Volonté se réjouit ; si nous ne devions pas donner, à quoi bon former la Création ? C’est pourquoi le seul fait de ne pas pouvoir donner à nos enfants, à nos chères images, était comme un deuil de notre Suprême Volonté ; le seul fait de voir l’homme opérer, parler, marcher, sans la connexion de notre Volonté, parce qu’elle était brisée par lui, et qu’il fallait courir à lui, s’il était avec Nous, des courants de grâces, de lumière, de sainteté, de science, etc, et ne pouvant le faire, notre Volonté s’accordait à la douleur ; chaque acte de la créature était une douleur pour nous, parce que nous voyions cet acte vide de la valeur divine, dépourvu de beauté et de sainteté, complètement dissemblable de nos actes. Oh, comme le Petit Céleste a compris notre douleur suprême et le grand mal de l’homme à se soustraire à notre volonté ! Oh, combien de fois elle a pleuré à chaudes larmes pour notre douleur et pour le grand malheur de l’homme !

Et c’est pourquoi, craignant, elle ne voulait pas accorder même un acte de vie à sa volonté, elle se tenait petite, car sa volonté n’avait pas de vie en elle : comment pourrait-elle devenir grande ? Mais ce qu’elle n’a pas fait, notre Volonté l’a fait : elle l’a rendue toute belle, sainte, divine ; elle l’a tellement enrichie qu’elle en a fait la plus grande de toutes ; elle a été un prodige de notre Volonté, un prodige de grâce, de beauté, de sainteté. Mais elle s’est, toujours, faite petite, au point de ne jamais descendre de nos bras, et prenant notre défense sur ses épaules, elle a réciproqué tous les actes douloureux de la Volonté suprême ; et non seulement elle était tout à fait en règle avec notre Volonté, mais elle a fait siens tous les actes des créatures, absorbant en elle toute notre Volonté rejetée par elles. Elle l’a réparée, elle l’a aimée, et la gardant comme un dépôt dans son Cœur virginal, elle a préparé la nourriture de notre Volonté pour toutes les créatures. Voyez-vous, donc, avec quelle nourriture cette Mère très aimante nourrit ses enfants ? Il lui a coûté toute sa vie, des douleurs inouïes, la Vie même de son Fils, pour faire en elle le dépôt abondant de cette nourriture de ma Volonté, pour la tenir prête à nourrir tous ses enfants comme une Mère tendre et aimante. Elle ne pouvait pas aimer davantage ses enfants ; en leur donnant cette nourriture, son amour avait atteint le dernier degré. C’est pourquoi, parmi les nombreux titres qu’elle détient, le plus beau titre qu’on puisse lui donner est celui de « Mère et Reine de la Divine Volonté ».

Plan du site