Le mensonge dépend-t-il de l’âge et du sexe ?

De la tricherie dans les déclarations d’impôts aux grands scandales de corruption, les gens mentent tout le temps pour obtenir des avantages. Des études expérimentales ont cherché à déterminer quels facteurs personnels et environnementaux incitent les gens à mentir. Une méta-analyse complète sur le mensonge résume désormais les résultats de 565 études. Les résultats montrent, entre autres, que la tendance à la malhonnêteté dépend de l’âge et du sexe.

Quand mentir dépend de l’âge et du sexe

Le conflit fondamental de tout mensonge est le choix – soit continuer à être honnête et renoncer aux avantages, soit mentir pour obtenir plus d’argent, de pouvoir ou de gloire, par exemple. La raison pour laquelle les gens mentent dépend de facteurs personnels et environnementaux. Pour étudier cette question de manière empirique, de nombreuses études publiées ont utilisé des expériences simples pour recréer ce conflit de base. Par exemple, sous la forme d’un jeu de pile ou face.

Les sujets du test lancent une pièce de monnaie sans que personne ne les observe. Ils donnent le résultat au superviseur du test par ordinateur, par exemple. Si c’est pile, ils reçoivent de l’argent ; si c’est face, ils n’ont rien. Si cette expérience était réalisée plus souvent et avec de nombreuses personnes testées, le rapport entre les têtes et les queues devrait être de cinquante à cinquante. Cependant, presque toutes les études montrent que les sujets disent plus souvent pile que face. Cela signifie qu’au moins certains sujets mentent afin de gagner plus d’argent.

Les études individuelles sont souvent peu concluantes

Au cours de la dernière décennie, les chercheurs ont mené de nombreuses études avec ce modèle de base ou un modèle similaire afin d’examiner les différents facteurs qui conduisent à la malhonnêteté. Les religieuses sont-elles plus susceptibles de mentir que les détenus ? Les gens sont-ils plus enclins à mentir en ligne ou au téléphone ? Les gens sont-ils plus susceptibles de mentir s’ils s’attendent à recevoir plus d’argent ? Pour la méta-analyse, les scientifiques du Max Planck Institute for Human Development et du Technion Israel Institute of Technology ont examiné les données de 565 études portant sur un total de 44 050 sujets.

« Bien qu’il existe de nombreuses études qui cherchent à savoir qui ment, quand et pourquoi, les résultats sont peu concluants et parfois même contradictoires. Grâce à la grande quantité de données provenant de toutes les études, nous pouvons maintenant faire des déclarations plus claires sur certains facteurs », a déclaré Philipp Gerlach, chercheur associé à l’Institut Max Planck pour le développement humain et auteur principal de l’étude.

Les hommes mentent plus souvent que les femmes

Au total, dans les expériences étudiées, 42 hommes et 38 femmes ont menti. L’étude a ainsi pu confirmer l’hypothèse selon laquelle les hommes mentent plus souvent que les femmes – même si la différence n’est que légère.

En outre, les jeunes mentent plus souvent que les personnes âgées. La probabilité qu’une personne dise un mensonge diminuait de 0,28 point de pourcentage avec chaque année d’âge. Alors qu’il est d’environ 47 % pour une personne de 20 ans, il n’est que de 36 % pour une personne de 60 ans. L’étude n’a pas pu confirmer d’autres facteurs qui ont été discutés à maintes reprises. Par exemple, les scientifiques n’ont trouvé aucune preuve que les étudiants en commerce étaient particulièrement susceptibles de mentir.

De plus, les patients ne sont que des êtres humains et ont tendance à dire la vérité, à dissimuler des médicaments ou à oublier temporairement les thérapies complémentaires. Ainsi, la psychologie du mensonge se retrouve finalement dans la pratique médicale et la relation médecin-patient.

Plan du site