Bouddhisme tibétain : l’histoire de Daniel Calmanowitz

Diplômé en ingénierie électronique, le moine Daniel Calmanowitz a découvert le bouddhisme tibétain en 1987, l’année même où il a commencé à suivre sa voie spirituelle. Il était un apprenti de Lama Gangchen Rinpoché, tout comme son fils Lama Michel.

Entre autres passages, Calmanowitz raconte que pendant son séjour au monastère, il a reçu de nombreux enseignements et que, bien qu’il ne connaisse rien de la langue locale, la plus grande difficulté a été son adaptation à toutes les coutumes du bouddhisme tibétain et au mode de vie des Tibétains.

Selon le moine, son but dans la vie est de mourir avec le sentiment de la mission accomplie et, en regardant son passé, de voir qu’il a fait quelque chose de significatif.

Le bouddhisme tibétain et la culture de la bonté

Vous savez maintenant que le moine Daniel et le lama Michel Rinpoché sont de la même famille (matériellement et spirituellement). Apprenez-en un peu plus sur le bouddhisme tibétain à travers les mots du fils qui est aussi un lama reconnu et réincarné.

Dans cette vidéo, le lama Michel Rinpoché, un maître de la tradition bouddhiste tibétaine, parle des racines de la religion et de la manière dont elle a intégré des connaissances issues d’autres pratiques. Le moine parle aussi du bonheur, de la souffrance et de l’amour.

Altruisme

Selon le bouddhisme tibétain enseigné par le lama Michel, la paix est trouvée par un processus de connaissance de soi, de conscience et, surtout, de soin de nos actions quotidiennes.

Se soucier du bien des autres, explique-t-il, nous aide à atteindre notre propre paix intérieure. Il est important de veiller à agir, parler et faire des choix qui mènent à notre propre objectif, mais en tenant compte de l’objectif et du bien-être des autres également », dit le moine.

Bouddhisme tibétain et méditation

La méditation nous aide à voir le moment présent, à le vivre, à créer l’espace pour élaborer nos émotions et à créer l’espace pour pouvoir trouver des solutions », relate le lama.

La pratique de la méditation peut être bénéfique pour le corps, puisque parmi les avantages figurent la cohérence cardiaque et l’amélioration des problèmes de pression.

Le Lama Michel affirme également que pour avoir une méditation fluide, il faut faire attention à la posture. L’idéal est de le faire le matin, le soir et aussi une fois dans l’après-midi, à l’heure du déjeuner ou dans le métro, par exemple », renforce le lama Michel.

Plan du site