Richard Montague de son vrai nom Richard Merett Montague est un écrivain, mathématicien et philosophe américain né en 1930 à Stockton et mort en 1971 à Los Angeles à 40 ans. Ce philosophe professeur d’université a eu une influence notable en linguistique. Voici une biographie de l’auteur afin de mieux le comprendre.

Carrière de Richard Montague

Richard Montague était mathématicien et philosophe américain né le 10 septembre 1930 à Stockton en Californie. Il obtient son baccalauréat en philosophie en 1950 à l’Université de Californie. C’est en 1953 qu’il obtient sa maîtrise en arts et en 1957, il décroche son diplôme de doctorat en philosophie. Il l’obtient sous la direction du mathématicien et logicien Alfred Tarski. Richard Montague fut l’un des étudiants américains les plus doués que Tarski a encadrés. Toute la carrière de l’apprenant sera consacrée à l’enseignement au département de philosophie de l’Université de Californie à Los Angeles ou UCLA. Tout au long de sa carrière d’enseignant, il supervisera des thèses. Il s’occupera notamment de celle du professeur émérite de philosophie à l’université de l’Indiana à Bloomington Nino Cocchiarella et celle de Hans Kamp.

L’enseignement d’Alfred Tarski inspira énormément Richard Montague. Le philosophe professeur d’université s’intéresse énormément aux fondements de la logique et de la théorie des ensembles. Il a choisi comme intitulé pour sa thèse de doctorat Contribution aux fondements axiomatiques de la théorie des ensembles. Dans son exposé, il explique la première preuve sur toutes les axiomatisations possibles relatives à la théorie des ensembles la plus courante, celle du mathématicien Zermelo-Fraenkel. Montague fut le pionnier d’une approche logique sur la sémantique du langage naturel. Ces études surnommées grammaire de Montague, ont comme particularités d’influencer les chercheurs en linguistique informatique. Les philosophes du langage traditionnel sont davantage influencés par l’approche logique du professeur d’université.

Dans sa vie privée, Montague était un organiste accompli et un investisseur dans l’immobilier. La mort de Richard Montague le 7 mars 1971 (à 40 ans) reste jusqu’à présent à élucider. Son penchant pour l’homosexualité arrivait parfois de prendre des risques en ramenant chez lui des inconnus rencontrés dans des bars. Le jour de son assassinat, il a ramené chez lui plusieurs personnes dans le but d’organiser une soirée. C’est un ami qui découvrit plus tard Richard Montague mort étranglé dans sa douche.

Les ouvrages de Richard Montague

L’écrivain philosophe a rédigé plusieurs publications. Sa première publication date de 1957, il s’agit de sa thèse de doctorat à l’Université de Californie (Berkeley). En 1964, l’écrivain américain a publié en collaboration avec Donald Kalish un ouvrage intitulé Logique : Techniques of formal reasoning. En 1970, il écrivit un article intitulé English as a formal language dans Visentini, la même année le philosophe américain écrivit l’article dans Synthèse ayant comme titre Pragmatics and intensional logic et l’article Universal grammar paru dans Theoria.

De nombreux écrivains évoquent les travaux de Richard Montague ou sa biographie en publiant des ouvrages sur le philosophe américain. Ainsi, Barbara H. Partee a publié en 2006 un livre intitulé simplement Richard Montague (1930 – 1971). Michel Chambreuil publie en 1990 un ouvrage intitulé Grammaire de Montague, Langage, traduction, interprétation. Michel Galmiche publie aux éditions PUF un ouvrage pédagogique : Sémantique linguistique et logique, un exemple : la théorie de R. Montague.

Théorie de Richard Montague

D’après Richard Montague, il n’existe aucune différence de principe entre sémantiques des langues naturelles et langues artificielles. Il se sert des développements récents de la logique intentionnelle afin de mettre en évidence la structure logique des langues naturelles. À la différence de la syntaxe de Noam Chomsky, une phrase est orientée vers la surface, il n’existe aucune transformation. Ainsi, le professeur d’université envisage que les expressions du langage naturel sont dues aux moyennes de règles de conversion dans le langage de la logique intentionnelle. Cette interprétation est prévue par le modèle théorique.

Pour que des phrases du langage naturel puissent être émises et que des conclusions valides peuvent être formulées, il est indispensable que chaque expression contienne une intuition assignée qui est indépendante des mondes possibles. La grammaire sémantique universelle s’oppose à la théorie grammaticale de Chomsky. Montague déclare qu’à la différence des travaux de Noam Chomsky qui affirme que la sémantique est considérée comme un composant indépendant de la syntaxe, le sens d’une phrase immédiatement liée à sa construction syntaxique.

Plusieurs phénomènes de langage naturel ne peuvent pas être traités par la théorie de Montague. C’est le cas des anaphores de phrases, particules modales ou encore cohérence linguistique. Certains de ces phénomènes du langage naturel se trouvent à la frontière de la pragmatique. Le professeur américain fut un des pionniers d’une approche logique appartenant à la sémantique du langage naturel de la grammaire de Montague. Les travaux de Montague influencèrent la grammaire catégorielle associative ou la grammaire combinatoire catégorique, la sémantique et quantificateurs et la portée du discours.