Jean-Paul Sartre est issu d’un milieu bourgeois et cultivé. Le philosophe français représente le courant existentialiste, ses œuvres et sa personnalité marquèrent la vie intellectuelle et politique de la France de 1945 à la fin des années 1970. L’écrivain prolifique est connu pour son œuvre philosophique et ses engagements politiques.

Jeunesse et engagement de Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre de son vrai nom Jean-Paul-Charles-Aymard Sartre est né le 21 juin 1906. Son père Jean-Baptiste Sartre est un militaire, enseigne de vaisseau tandis que la famille de sa mère descend d’une famille d’intellectuels et de professeurs alsaciens. Sartre n’a pas connu son père puisqu’il meurt de la fièvre jaune 15 mois après sa naissance. C’est son grand-père Charles Schweitzer qui s’occupe de son éducation avant qu’il entre à l’école publique à l’âge de 10 ans. De 1907 à 1917, Jean-Paul Sartre va vivre avec sa mère, il passe des années heureuses chez les parents de sa mère. Durant ces années, l’enfant sera choyé, adoré et félicité tous les jours. Il découvre très tôt la littérature grâce à la Grande bibliothèque de la maison Schweitzer. Il préfère davantage la lecture à la fréquentation des autres enfants. En 1917, la mère de Sartre se remarie avec Joseph Mancini. L’enfant âgé de 12 ans exprime une profonde aversion pour cet ingénieur de la marine. Ils déménagèrent et restèrent à La Rochelle jusqu’à l’âge de 15 ans. Ces 3 années représentent pour le futur philosophe des années de calvaire puisqu’il passe du climat familial heureux à la réalité des lycéens qu’il considère comme violents et cruels. En 1920, Jean-Paul Sartre tombe malade et fut ramené d’urgence à Paris.

À 13 ans, Jean-Paul Sartre revient au lycée Henri IV. À 16 ans, il était élève en 6e et 5e. C’est à cette période qu’il retrouve Paul Nizan, l’apprenti écrivain et Sarthe noue une forte amitié. Ce lien d’amitié permet à Sartre de se construire une personnalité. Toujours accompagné de son fidèle ami, Sartre prépare le concours d’entrée à l’École normale supérieure au lycée Louis-le-Grand. 2 ans après leur inscription à Louis-le-Grand, les 2 amis sont reçus au concours de l’École normale supérieure de Paris. Malgré son goût pour la provocation et sa lutte contre l’autorité, Sartre est aussi un grand travailleur qui lit plus de 300 livres par an, écrit des chansons, nouvelles, poèmes, romans. Durant cette période il lia d’amitié avec Raymond Aron, Henri Guillemin et Maurice Merleau-Ponty alors qu’ils n’étaient pas encore célèbres. En 1928 Sartre échoue au concours d’agrégation de philosophie à la surprise de ses admirateurs. C’est en passant le second concours qu’il rencontre dans son groupe de travail Simone de Beauvoir qui deviendra sa compagne jusqu’à la fin de sa vie. La seconde tentative, il est classé premier et Simone 2e.

Après son service militaire à l’âge de 26 ans il s’inscrit au lycée du Havre. Ce fut une épreuve pour le philosophe qui a tellement critiqué dans ses ouvrages la vie ennuyeuse de professeur de Provence. Même si ses manières choquent ses professeurs, Jean-Paul Sartre séduit 5 générations d’élèves qui le considèrent comme un excellent professeur à la fois respectueux et chaleureux. Il succède à Raymond Aron à l’institut français de Berlin en 1933 et 1934. Sa notoriété provient de son premier livre publié en 1938 chez Gallimard intitulé La Nausée. Ce roman philosophique est légèrement autobiographique. Avant le début de la Seconde Guerre mondiale, Jean-Paul Sartre n’a pas de conscience politique. Les pacifistes ne militent pas pour la paix. Durant le conflit armé, il est engagé comme soldat météorologiste. Ce poste laisse beaucoup de temps libre qu’il utilisa pour écrire énormément. Il rédigea 1000 pages dont une petite partie fut publiée sous le titre de Carnets de la drôle de guerre.

Les années de gloire de Jean-Paul Sartre

La guerre a marqué un tournant pour sa vie. Le philosophe de la conscience individuelle fut transformé en intellectuel engagé politiquement. Le professeur parisien devient après la guerre une sommité internationale. Après la Libération, il connut un succès et une notoriété importante qui lui permit de régner sur les lettres françaises pendant plus de 10 ans. Ses idées existentialistes seront diffusées au travers de la revue Les Temps modernes qu’il a fondée en 1945. Simone de Beauvoir, Raymond Aron et Merleau-Ponty rédigent également dans ces revues. Sartre participa au rassemblement démocratique révolutionnaire, tente le communiste et se désintéresse du structuralisme.

Les années d’engagement de Sartre

Si les philosophes prirent ses distances avec le parti communiste, il poursuit ses engagements à de nombreuses causes comme la guerre d’Indochine en publiant notamment un ouvrage intitulé L’affaire Henri Martin. En 1956 Sartre soutient le désir d’indépendance du peuple algérien, en 1960 il soutient activement la révolution cubaine. Il continue la lutte gauchiste en soutenant le mouvement Mao, dénonce le conflit israélo-palestinien alors qu’il arrive à la fin de sa vie. Le philosophe engagé s’éteint le 15 avril 1980 atteint d’urémie.