Henri Bergson est écrivain philosophe né à Paris le 18 octobre 1859 est mort le 4 janvier 1941. Ce philosophe de nationalité française a comme formation au Lycée Condorcet, à l’École normale supérieure et Agrégation de philosophie. Voici la biographie détaillée de ce philosophe auteur de nombreux ouvrages.

Les débuts d’Henri Bergson

Henri Bergson est connu pour ses nombreuses œuvres philosophiques ainsi que son rôle intellectuel et son influence dans la conception de la Société des Nations. Bergson descendait d’une famille juive polonaise par son père et juive anglaise par sa mère. Sa famille vécut à Londres durant quelques années après la naissance de Bergson. C’est durant cette période qu’il se familiarisa très tôt à la maîtrise de l’anglais. Sa famille traverse la Manche avant ses 9 ans pour s’établir en France. À 18 ans, il devient citoyen français en choisissant la nationalité française comme le permettait la loi. Ses 2 témoins du changement de nationalité furent de collègues de l’École normale supérieure : Étienne Monceaux et Charles Salomon.

Henri fait sa scolarité à Paris plus précisément au lycée Fontanes. En 1877, il remporta le premier prix du concours général de mathématiques. Son exploit fut édité l’année suivante dans les Annales de mathématiques. La solution qui a permis de remporter sa victoire fut sa première publication. Après avoir hésité sur l’avenir de sa carrière entre les sciences et les humanités, il choisit finalement de s’intéresser aux humanités. Il entra à l’École normale supérieure à 17 ans, il fait partie de la même promotion qu’Émile Durkheim, Jean-Jaurès et son ami philosophe, psychologue puis enfin médecin français Pierre Janet. En 1981 Henri Bergson obtint la licence en lettres puis l’agrégation de philosophie. Durant cette même année, il devint professeur au lycée David-d’Angers.

1883 marqua sa mutation au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Il y publia en 1784 des extraits de Lucrèce ainsi qu’une étude critique du texte et de la philosophie du poète philosophe latin du premier siècle avant J.-C. en même temps que son enseignement, il entreprit des travaux personnels. Ainsi, Bergson rédigea l’Essai sur les données immédiates de la conscience et une courte thèse en latin sur le philosophe grec de l’Antiquité Aristote. Il obtint en 1889 son diplôme de docteur ès lettres, la même année sa thèse principale fut publiée dans la série La Bibliothèque de philosophie contemporaine. Le professeur s’installa à nouveau à Paris, il enseigna au lycée Henri IV pendant 8 ans après avoir enseigné quelques mois au collège Rollin. En 1892, il épousa Louise Neuburger. De cette union naquit une fille nommée Jeanne. En 1898 il devint maître de conférences à l’École normale supérieure et obtint le titre de professeur. Il est ensuite nommé professeur au Collège de France en 1900.

Henri Bergson le philosophe

En 1900, Henri Bergson fit une courte apparition au premier congrès international de philosophie. Cette importante conférence concerne les origines psychologiques de notre croyance à la loi de causalité. Félix Alcan publia cette même année une des productions mineures de l’écrivain intitulé Le Rire. Il s’agit d’un essai sur le sens comique basé sur un cours qu’il a donné en Auvergne pendant sa jeunesse. Bergson fut élu à l’Académie des sciences morales et politiques en 1901 puis il collabora à la Revue de métaphysique et de morale en 1903. La collaboration est due à une publication d’un essai intitulé Introduction à la métaphysique. Ce texte peut être considéré comme une préface à l’étude de ses principaux ouvrages. Le philosophe français succéda à la chaire de Philosophe moderne à la mort du sociologue Gabriel Tarde en 1904.

L’Évolution créatrice est la 3e œuvre majeure de Bergson publié en 1907. Il s’agit du livre le plus connu et le plus étudié du philosophe. Suite à l’apparition du livre, Bergson devint très populaire dans les cercles académiques et auprès du grand public. En 1908 le philosophe français rendit visite à William James. Cette entrevue très instructive inspira énormément Bergson, car l’entretien est à l’origine de plusieurs des idées inscrites dans Les Deux Sources de la morale et de la religion. En 1913, la popularité du philosophe ne cesse d’accroître à tel point que des traductions de ses œuvres furent réalisées dans de nombreuses langues. Son influence touche également certains socialistes et des mouvements religieux libéraux.

Les dernières années d’Henri Bergson

Durant la Première Guerre mondiale, Henri Bergson fut très actif. Il enchaîna ses publications et les discours. Le 24 janvier 1918, il succéda à Émile Ollivier à l’Académie française. Il fut honoré du diplôme de Doctor of Ltters en juin 1920 par l’université de Cambridge. Ce titre lui permet de se consacrer à des travaux sur la religion, l’éthique et la sociologie. Il reçut le prix Nobel de littérature en 1927, malheureusement son rhumatisme ne lui a pas permis de se rendre à Stockholm pour recevoir le prix. En 1930, il est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur. Il meurt le 4 janvier 1941 à l’âge de 81 ans.