Petite biographie bergsonienne

Henri Bergson, philosophe français, né à Paris, le 18 octobre 1859, rue Lamartine.
Fils d’un immigré juif polonais, et par sa mère d’une famille juive anglaise. Ils s’installent rapidement à Londres, où il vécut jusqu’à neuf ans, avant de rentrer en France.
Bergson étudie au lycée Condorcet, avant d’obtenir, à dix-huit ans, le premier prix du concours général de mathématiques. Mais il se destine à une carrière littéraire.
Il entra à l’École Normale Supérieure où il entra en 1878, et où il fut reçu quatrième à l’agrégation de philosophie en 1881.
Henri Bergson est nommé comme professeur de lycée, il débuta à Angers, à Clermont Ferrand. Puis il monte à Paris pour enseigner la philosophie à Louis-le-Grand et à, par la suite Henri Bergson rejoint l’enseignement supérieur à l’Ecole Normale supérieure et enfin au Collège de France.

Henri Bergson est l’auteur de plusieurs oeuvres importants :

« Essai sur les données immédiates de la conscience » en 1889, 
ensuite Matière et mémoire sortie en en 1896,
puis L’Évolution créatrice en 1907, 
et enfin Les Deux Sources de la morale et de la religion en 1932 Il est également l’auteur du « Rire », essai sur la signification du comique écrit en 1900.

Ses ouvrages rencontrant un fort succès, il est élu président de l’Académie des sciences morales et politiques.
Il a reçu en 1927 le prix Nobel de littérature .
L’œuvre de Bergson est étudiée dans plusieurs disciplines : littérature, neuro-psychologie, cinéma, philosophie.
Bergson s’employe à mettre en avant l’expérience concrète et réelle du vécu en philosophie, tout en réfutant le positivisme .
Toute l’œuvre d’Henri Bergson s’oppose donc à la doctrine kantienne et aux différentes doctrines positivistes ou scientistes.
Se basant sur les dernières théorie de la psychologie moderne , Bergson offrait à philosophie de nouvelles voies. Faisant de la pensée une expérience de l’esprit .
Selon les écrits bergsonniens la liberté d’un être apparaît “quand ses actes émanent de sa personnalité entière”.
Il est reçu en 1914 comme académicien.
Son œuvre est entrée dans le domaine public depuis janvier 2012.
Finalement notons qu’il a fait plusieurs voyages de négociations diplomatiques aux Etats-Unis, pendant la Guerre de1914-1918 pour appuyer la demande d’un engagement dans le conflit des Etats-Unis auprès des Alliés.

Citations courtes ou longues extraites de textes écrits par Henri Bergson

Une vie intérieure aux moments bien distincts, aux états nettement caractérisés, répondra mieux aux exigences de la vie sociale. Même, une psychologie superficielle pourra se contenter de la décrire sans tomber pour cela dans l’erreur, à condition toutefois de se restreindre à l’étude des faits une fois produits, et d’en négliger le mode de formation.
Henri Bergson – Essai sur les données immédiates de la conscience

Une route a été tracée par la société; nous la trouvons ouverte devant nous et nous la suivons; il faudrait plus d’initiative pour prendre à travers les champs.
Henri Bergson – Les Deux Sources de la morale et de la religion

Une vie intérieure aux moments bien distincts, aux états nettement caractérisés, répondra mieux aux exigences de la vie sociale. Même, une psychologie superficielle pourra se contenter de la décrire sans tomber pour cela dans l’erreur, à condition toutefois de se restreindre à l’étude des faits une fois produits, et d’en négliger le mode de formation.
Henri Bergson – Essai sur les données immédiates de la conscience

La conscience, tourmentée d’un insatiable désir de distinguer, substitue le symbole à la réalité, ou n’aperçoit la réalité qu’à travers le symbole. Comme le moi ainsi réfracté, et par là même subdivisé, se prête infiniment mieux aux exigences de la vie sociale en général et du langage en particulier, elle le préfère, et perd peu à peu de vue le moi fondamental.
Henri Bergson – Essai sur les données immédiates de la conscience

Une des idées les plus importantes et les plus profondes de la Critique de la Raison pure est celle-ci : que, si la métaphysique est possible, c’est par une vision, et non par une dialectique.
Henri Bergson – La Pensée et le Mouvant

Nous nous représentons donc la religion comme la cristallisation, opérée par un refroidissement savant, donc que le mysticisme vient déposer, brûlant, dans l’âme de l’humanité.
Henri Bergson – Les Deux Sources de la morale et de la religion

À vrai dire, il n’y a jamais d’immobilité véritable, si nous entendons par là une absence de mouvement. Le mouvement est la réalité même, et ce que nous appelons immobilité est un certain état de choses analogue à ce qui se produit quand deux trains marchent avec la même vitesse, dans le même sens, sur deux voies parallèles : chacun des deux trains est alors immobile pour les voyageurs assis dans l’autre.
Henri Bergson – La Pensée et le Mouvant

En ce sens, la religion est au mysticisme ce que la vulgarisation est à la science.
Henri Bergson – Les Deux Sources de la morale et de la religion

Le raide, le tout fait, le mécanique, par opposition au souple, au continuellement changeant, au vivant, la distraction par opposition à l’attention, enfin l’automatisme par opposition à l’activité libre, voilà, en somme, ce que le rire souligne et voudrait corriger.
Henri Bergson – Le rire

Pour saisir les nuances délicates d’une pensée, des connaissances générales sont nécessaires qui manquent trop souvent au spécialiste. La littérature est aussi vaste que la vérité dont elle est l’expression.
Henri Bergson – La Politesse