Aristote est un philosophe grec de l’Antiquité, dont la pensée a eu une influence considérable dans le monde jusqu’à nos jours. Né en 384 avant notre ère, il est notamment connu pour avoir été longtemps l’un des disciples de Platon, de même que pour son rôle de précepteur auprès d’Alexandre le Grand. Il mourra à l’âge de 62 ans à Chalcis, sur l’île d’Eubée, après avoir fui les persécutions d’Athènes.

Années de jeunesse d’Aristote et formation auprès de Platon

Aristote a vu le jour dans la cité macédonienne de Stagire, située dans la province de Chalcidique. Son père, Nicomaque, fut en son temps le médecin du roi de Macédoine, Amyntas III. Il décéda précocement alors qu’Aristote n’avait que 11 ans. Son épouse, Chystias, originaire de l’île d’Eubée, exerçait, elle, en tant que sage-femme. Tandis que la famille d’Aristote revendique une ascendance directe remontant jusqu’au héros grec Machaon, celui-ci sera éduqué par son beau-frère Proxène d’Atarnée dans la province de Mysie, au nord-ouest de l’actuelle Turquie alors hellénisante.

Alors qu’il est âgé de 17 ans, Aristote est admis dans l’académie fondée par Platon 20 ans plus tôt à Athènes. Il y accompagnera son maître pendant 20 ans, durant lesquels il deviendra l’un de ses disciples les plus distingués. Il est ainsi rapidement élevé au rang d’anagnoste, ce qui lui vaut le surnom de « liseur ». Sa pensée restera profondément influencée par ces années auprès de l’école platonicienne, même si Aristote ne partagera pas forcément toutes les idées de Platon.

Départ d’Athènes et retour en Macédoine auprès de la Cour

De par sa citoyenneté macédonienne, Aristote vit sous le statut de métèque à Athènes. En bute à une hostilité croissante envers sa patrie d’origine dans la capitale grecque, il décide de s’en éloigner à la mort de Platon (- 347). Il fonde alors une académie dans le petit port d’Assos, où il se liera d’amitié avec le naturaliste Théophraste. Celui-ci deviendra par la suite l’un de ses principaux disciples. Trois ans plus tard, après avoir ouvert une nouvelle école sur l’île de Lesbos, il est rappelé à la Cour de Macédoine par le roi Philippe II.

Propulsé précepteur d’Alexandre le Grand alors que celui-ci est âgé de 13 ans, il restera aux côtés du futur conquérant 7 années durant, lui enseignant les lettres, la politique ou encore les sciences. Marié une première fois puis veuf, il épousera en – 338, en secondes noces, Herpyllis, dont il aura un fils. Quand Athènes est conquise par Phillipe II trois ans plus tard, Aristote lui emboîte le pas avec sa famille.

Fondation du Lycée et fin de vie

De retour à Athènes, Aristote fonde le Lycée, dont les principes d’enseignement sont basés sur la promenade. La dernière décennie de sa vie, qui commence à partir de ce moment-là, sera celle de la production de ses principales œuvres parvenues jusqu’à nous, dont la célèbre Éthique à Nicomaque. Poussé en – 322 à fuir de nouveau Athènes en raison de circonstances politiques adverses, Aristote mourra quelques mois plus tard à Chalcis, la ville de naissance de sa mère. Le Lycée, dont la direction sera reprise par Théophraste, continuera à avoir un fort rayonnement jusqu’au IIIe siècle de notre ère.